Si j’interpellais ainsi l’un de mes coachés, je ne serais pas certain de soulever un grand enthousiasme et, s’il se lançait, j’obtiendrais, peut-être, le schéma d’une carrière de…mouton :
Le parcours idéal qui satisferait son patron, son conjoint, ses parents, ses enseignants ou bien celui qui rendrait jaloux son collègue ou son voisin.

A la place, je préfère d’abord l’inviter à lire, ou à relire, les premiers chapitres du Petit Prince et à se reconnecter avec l’enfant qu’il a été, en laissant parler son imagination.

Il y lira, par exemple,:
Les graines sont invisibles. Elles dorment dans le secret de la terre jusqu’à ce qu’il prenne fantaisie à l’une d’elles de se réveiller.

J’aime également cette autre citation d’Antoine de Saint Exupéry:
L’avenir n’est jamais que du présent à mettre en ordre. Tu n’as pas à le prévoir, mais à le permettre.

Je vous propose donc un autre point de départ : commencez par un dessin vous représentant dans votre environnement professionnel actuel ou à votre dernier poste si vous êtes en période de transition.

Si vous le souhaitez, scannez votre dessin et envoyez le moi à l’adresse : denis@coach-de-carriere.com. En l’observant ensemble, nous verrons comment s’organise votre présent. Nous en cernerons les limites et, pour que votre futur professionnel prenne forme, nous examinerons quelles autorisations vous pourriez vous donner.

Pour faire connaissance, un petit dessin vaut parfois beaucoup mieux qu’un long C.V.

3 commentaires

  1. L’exercice du dessin m’a fait avancer d’un grand pas dans la représentation de mon projet professionnel. Charlotte P.

    Commenté par Charlotte le 23 Novembre, 2012 à 10:53

  2. Magnifique! Quelle bonne idée. Merci de m’inspirer.

    Commenté par Anna le 27 Novembre, 2012 à 23:59

  3. Bonjour Denis,

    “Dessine moi le travail qui me rendra heureuse!?”

    C’est une belle métaphore, transformer le monde complexe du CV, en un dessin ouvert sur le possible et le facile à faire!

    Super.

    Souad

    Commenté par SOUAD le 29 Novembre, 2012 à 11:09

les commentaires sont fermés.